scispace - formally typeset

Journal ArticleDOI

Expansion du modèle agrobusiness dans la filière rizicole en Argentine : enjeux productifs, environnementaux et sociaux

01 Jan 2017-Vol. 70, Iss: 275, pp 163-187

Abstract: La production du riz en Argentine a beneficie des nouvelles semences non transgeniques resistantes aux herbicides et adaptees aux conditions agro-climatiques du pays. Ces dernieres annees, avec l’avancee du modele agrobusiness cette culture s’est largement developpee dans le nord-est de la province du Chaco et ce dans des zones occupees jusqu’alors par des populations aborigenes et paysannes pratiquant une agriculture familiale. Cette expansion a entraine une dynamique d’accaparement des terres, de concentration productive et des problemes de contamination (eau et air) dus a l’intensification de l’usage des herbicides. Face aux effets sur la sante et l’environnement, les voisins des champs rizicoles se sont organises afin de stopper l’avancee de l’entreprise responsable. Dans cet article, nous abordons ce conflit afin d’analyser les limites du modele agrobusiness, autant que celles des mouvements ecologistes.

Content maybe subject to copyright    Report

Les Cahiers d’Outre-Mer
Revue de géographie de Bordeaux
275 | Janvier-Juin
Géopolitiquesduriz
Expansion du modèle agrobusiness dans la filière
rizicole en Argentine : enjeux productifs,
environnementaux et sociaux
HernándezValeria,SerpePaulaetSpinosoNahuel
Éditionélectronique
URL : http://journals.openedition.org/com/8124
DOI : 10.4000/com.8124
ISSN : 1961-8603
Éditeur
Presses universitaires de Bordeaux
Éditionimprimée
Date de publication : 1 janvier 2017
Pagination : 163-187
ISSN : 0373-5834
Référenceélectronique
Hernández Valeria, Serpe Paula et Spinoso Nahuel, « Expansion du modèle agrobusiness dans la lière
rizicole en Argentine : enjeux productifs, environnementaux et sociaux », Les Cahiers d’Outre-Mer [En
ligne], 275 | Janvier-Juin, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 15 janvier 2021. URL : http://
journals.openedition.org/com/8124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.8124
© Tous droits réservés

Les Cahiers d’Outre-Mer, 2017, n° 275
163
Expansion du modèle agrobusiness dans
la lière rizicole en Argentine: enjeux
productifs, environnementaux et sociaux
Hernández Valeria (IRD), Serpe Paula (UNSAM),
Spinoso Nahuel (UNSAM)
La production du riz en Argentine a bénéficié des nouvelles semences non
transgéniques résistantes aux herbicides et adaptées aux conditions agro-climatiques
du pays. Ces dernières années, avec l’avancée du modèle agrobusiness cette culture
s’est largement développée dans le nord-est de la province du Chaco et ce dans des
zones occupées jusqu’alors par des populations aborigènes et paysannes pratiquant
une agriculture familiale. Cette expansion a entraîné une dynamique d’accaparement
des terres, de concentration productive et des problèmes de contamination (eau et
air) dus à l’intensification de l’usage des herbicides. Face aux effets sur la santé et
l’environnement, les voisins des champs rizicoles se sont organisés afin de stopper
l’avancée de l’entreprise responsable. Dans cet article, nous abordons ce conflit afin
d’analyser les limites du modèle agrobusiness, autant que celles des mouvements
écologistes.
Mots-clés: Riz, environnement, écologie, conit, agrobusiness
Rice production in Argentina is a product of new non-transgenic herbicide-resistant
seeds adapted to agro-climatic conditions in the north-east of the country. In recent
years, the Department of Bermejo, northeast of Chaco Province, has experienced the
expansion of rice cultivation under the progress of the agribusiness model on areas
traditionally occupied by family farming, peasants and indigenous peoples. This
Résumé
Abstract

Les Cahiers d’Outre-Mer
164
development has led to dynamics of land grabbing, productive concentration and
environmental contamination problems (water and air) due to increased herbicide use.
The neighbors of the rice fields organized themselves in order to stop the progress
of the company responsible for the negative effects on health and the environment.
In this article, we approach this conflict in order to analyze the limits of both the
agribusiness model and environmental movements.
Keywords: Rice, environment, conict, ecology, agribusiness
Introduction
Au cours des années 1990, dans un contexte international dominé par
la libéralisation des marchés agricoles et la concentration des industries
agroalimentaires et des intrants (Masters, 2008 ; Borras et al. 2012), un
changement profond et radical a affecté l’univers rural des grands pays
agricoles sud-américains. Grâce aux nouvelles technologies (semences
transgéniques, semoirs de semis direct, GPS, système de stockage
individuel, etc.) et à l’innovation dans la gestion des exploitations (softwear,
financiarisation, services de labour, etc.), l’Argentine, le Brésil, la Bolivie,
le Paraguay et l’Uruguay ont connu un développement significatif de
l’agriculture (Guibert et al., 2015). Celle-ci était initialement liée au soja
transgénique résistant à l’herbicide glyphosate
1
, utilisé en quasi-monoculture,
ensemencé avec les plus modernes semoirs de semis direct, dans un système
de gestion entrepreneurial qui s’inscrit dans le paradigme de l’agrobusiness
(Hernández, 2007; Gras et Hernández, 2009, 2014, 2016). Dans les années
2000, d’autres cultures (maïs transgénique, riz et colza principalement) ont
été intégrées et leur introduction a provoqué une véritable ruée vers des terres
«vierges». Bien que les performances productives dues aux changements
techniques et organisationnels aient été évaluées très positivement par
certains analystes (Bisang et al.2009; Vilella et al. 2010), les effets sociaux et
environnementaux suscitent d’importants débats scientifiques (Pengue 2005;
Gavier-Pizarro et al., 2012) et des conflits politiques (Bernardes et al., 2017;
Leguizamón, 2014). La concentration de la production, l’expulsion de petits
agriculteurs, la perte d’emplois d’ouvriers agricoles au profit de techniciens
de la production et l’aggravation des inégalités de revenus figurent parmi les
effets socio-économiques négatifs (Hernández et Phélinas, 2016). D’autre part,
l’intensification de l’exploitation des terres, la déforestation, la destruction
1. Cet OGM a été commercialisé pour la première fois en Amérique Latine en 1996 en
Argentine. Selon Catacora-Vargas, G. et al. (2012), au Brésil (en 2006), 5% des producteurs de
soja occupaient 59% de la superficie consacrée à cet OGM; en Bolivie (2009), la proportion
était de 2% contrôlant 52% de la superficie; au Paraguay (2005), 4% pour 60%; en Argentine
(2010), 3% pour 50% et enfin, en Uruguay (2010), 26% contrôlaient 85% de cette superficie.

Expansion du modèle agrobusiness dans la lière rizicole en Argentine...
165
des écosystèmes, l’appauvrissement de la biodiversité, la pollution des eaux et
l’émergence de problèmes de santé suite à l’utilisation intensive d’herbicides
(Aranbicia, 2013 ; Pengue, 2005) préoccupent les pouvoirs publics et la
communauté internationale.
En somme, le scénario cristallisé au début du nouveau millénaire a
mis en marche une dynamique de concentration en amont (multinationales
de l’agrofourniture : Rodriguez, 2010) et en aval (multinationales de la
commercialisation et fonds d’investissement institutionnels: Gras et Samuel,
2017), ce qui a entraîné d’importants changements dans les rapports des
acteurs agraires: l’agriculture familiale et le paysannat ont été écartés par ces
nouveaux acteurs entrepreneuriaux (Palau et al. 2007; Lapegna, 2013), alors
que les grands propriétaires (les terratenientes), dépassés dans leur leadership,
ont dû partager une partie de leurs rentes (Hernández, 2007 et 2009). Ainsi,
l’expansion du Modèle Agrobusiness (MA) provoque le repositionnement
des anciens acteurs, y compris des groupes autrefois dominants, et implique
l’introduction de formes entrepreneuriales complexes liées à la dynamique
financière internationale et au contrôle direct des ressources agricoles et non
agricoles (politiques publiques, technologies, infrastructure, etc.).
En Argentine, dans le département Bermejo (province du Chaco),
l’augmentation de la production intensive du riz au cours des vingt dernières
années reflète ce processus global. À partir d’une enquête anthropologique
conduite dans ce département entre avril2016 et décembre2017, nous avons
identifié aussi bien des tensions liées à l’accaparement de terres de la part
de l’entreprise rizicole, que des conflits liés à l’impact des biocides sur la
santé des populations vivant près des rizières. Notre but est d’examiner ces
conflits et la façon dont ils ont été abordés par les protagonistes, en mettant
en place une réflexion sur la limite des critiques au MA lorsqu’elles portent
sur des aspects ponctuels et insistent sur les effets de manière segmentaire
(la santé, l’eau, l’air, etc.). «L’écologisation» du conflit social peut rendre
visible une série de conséquences du modèle de production intensive, mais
elle peut devenir à terme un obstacle pour mettre en place une interprétation
holistique de la dimension politique de l’expansion de l’agrobusiness. Comme
l’avancent certaines études (Acselrad, 2010; Micoud, 2001), l’organisation
des protestations autour des effets écologiques produit des collectifs sociaux
éphémères et, comme nous tenterons de le montrer, peut conduire à occulter
des problèmes fondamentaux telles la concentration productive et la cooptation
des ressources politiques.
Cet article comporte trois sections. La première décrit le contexte
sociopolitique qui a porté le développement de l’agrobusiness dans la
zone étudiée. La deuxième aborde les conséquences socio-économiques

Les Cahiers d’Outre-Mer
166
et environnementales de cette expansion : nous analyserons le processus
d’écologisation du conflit, en signalant ses limites. En conclusion, nous
proposons un cadre analytique qui permet d’intégrer l’ensemble des
dimensions impliquées dans l’impact du modèle agrobusiness.
I - Contexte productif et social de l’expansion du MA
dans le Département Bermejo
Au cours des années 1990, dans le cadre de l’expansion du soja GM,
le Département Bermejo a connu quelques tentatives pour développer cette
culture mais les caractéristiques agronomiques (sol de qualité moyenne ou
mauvaise) et climatiques (pluies accumulées entre 1000mm a 1300mm par
an) découragèrent les entrepreneurs. Par contre, ces mêmes conditions agro-
climatiques se sont révélées fort propices à la production de riz, seule culture
significative jusqu’à présent (graphique 1), avec l’élevage (graphique 2):
L’évolution de la superficie consacrée au riz montre deux cycles
d’expansion: l’un au cours des années 1990, le second entre2003 et2010
(graphique3):
Historiquement, dans le Département Bermejo, après l’installation en
1882 d’une raffinerie (désormais appelée El Ingenio), la première activité
agricole à grande échelle fut la canne à sucre. Elle a bénéficié de 100000
hectares (carte 2) octroyés par l’État à titre gracieux dans le cadre d’une
politique de colonisation des zones qui, à l’époque, n’étaient pas encore
intégrées à l’économie nationale (Schaller, 1986).
Pendant 80 ans, El Ingenio a eu une position économique et sociale
centrale (Ferrau, 2003; Fueyo y Sánchez, 2014; Mariotti et al., 2010). Outre
les plantations de canne à sucre et les installations pour son industrialisation,
la société avait des activités très diversifiées (élevage, production de tanin,
de coton) et développait l’infrastructure locale: réseau électrique, création
de logements, d’écoles et d’hôpitaux, construction d’aqueducs, de ponts et
d’un port fluvial sur le fleuve Paraguay (Rozé, 2007). La main-d’œuvre pour
les tâches productives primaires et administratives était composée d’indigènes
(ethnie Qom) et de criollos (originaires d’Europe).
C’est à partir des années 1960 que les registres comptables de El Ingenio
montrent une diminution du personnel permanent et un recul de la production
agricole (Fueyo y Sánchez, 2014). Les mauvais résultats économiques
amenèrent l’État à intervenir en 1969 pour relancer l’activité. Cette tentative
ayant échoué, la raffinerie fut vendue à une société privée (1989) qui elle

References
More filters

Journal ArticleDOI
Martin Lechenet1, Fabrice Dessaint1, Guillaume Py, David Makowski1  +1 moreInstitutions (1)
01 Mar 2017-Nature plants
TL;DR: It is demonstrated that low pesticide use rarely decreases productivity and profitability in arable farms, and that pesticide reduction is already accessible to farmers in most production situations.
Abstract: Achieving sustainable crop production while feeding an increasing world population is one of the most ambitious challenges of this century1. Meeting this challenge will necessarily imply a drastic reduction of adverse environmental effects arising from agricultural activities2. The reduction of pesticide use is one of the critical drivers to preserve the environment and human health. Pesticide use could be reduced through the adoption of new production strategies3–5; however, whether substantial reductions of pesticide use are possible without impacting crop productivity and profitability is debatable6–17. Here, we demonstrated that low pesticide use rarely decreases productivity and profitability in arable farms. We analysed the potential conflicts between pesticide use and productivity or profitability with data from 946 non-organic arable commercial farms showing contrasting levels of pesticide use and covering a wide range of production situations in France. We failed to detect any conflict between low pesticide use and both high productivity and high profitability in 77% of the farms. We estimated that total pesticide use could be reduced by 42% without any negative effects on both productivity and profitability in 59% of farms from our national network. This corresponded to an average reduction of 37, 47 and 60% of herbicide, fungicide and insecticide use, respectively. The potential for reducing pesticide use appeared higher in farms with currently high pesticide use than in farms with low pesticide use. Our results demonstrate that pesticide reduction is already accessible to farmers in most production situations. This would imply profound changes in market organization and trade balance. Pesticide is a threat to the environment and human health. Whether reducing pesticide would necessarily undermine crop productivity remains elusive. Analyses of data from 946 farms in France show that reducing pesticide rarely decreases productivity.

181 citations


Journal ArticleDOI
Walter A. Pengue1Institutions (1)
Abstract: There is no doubt that soybean is the most important crop for Argentina, with a planted surface that rose 11,000,000 hectares and a production of around 35,000,000 metric tons. During the 1990s, there was a significant agriculture transformation in the country, motorize by the adoption of transgenic crops (soybean, maize, and cotton) under the no-tillage system. The expansion of this model has been spread not only in the Pampas but also in very rich areas with high biodiversity, opening a new agricultural border to important eco-regions like the Yungas, Great Chaco, and the Mesopotamian Forest. Transgenic cropping is a powerful technology. This produced relevant transformations over the environment and society where it is allowed. Migration, concentration of agribusiness, and loss of food sovereignty are some of the social results. Landscape transformation in the rural sector is evident, and the appearance of tolerance weeds to glyphosate is a reality. Nutrient depletion, soilstructure degradation, potential desertification, and loss of species are other consequences on the environmental level.

175 citations


"Expansion du modèle agrobusiness da..." refers background in this paper

  • ...…dans la filière rizicole en Argentine... des écosystèmes, l’appauvrissement de la biodiversité, la pollution des eaux et l’émergence de problèmes de santé suite à l’utilisation intensive d’herbicides (Aranbicia, 2013  ; Pengue, 2005) préoccupent les pouvoirs publics et la communauté internationale....

    [...]

  • ...165 des écosystèmes, l’appauvrissement de la biodiversité, la pollution des eaux et l’émergence de problèmes de santé suite à l’utilisation intensive d’herbicides (Aranbicia, 2013 ; Pengue, 2005) préoccupent les pouvoirs publics et la communauté internationale....

    [...]

  • ...…été évaluées très positivement par certains analystes (Bisang et al. 2009; Vilella et al. 2010), les effets sociaux et environnementaux suscitent d’importants débats scientifiques (Pengue 2005; Gavier-Pizarro et al., 2012) et des conflits politiques (Bernardes et al., 2017 ; Leguizamón, 2014)....

    [...]

  • ...2010), les effets sociaux et environnementaux suscitent d’importants débats scientifiques (Pengue 2005; Gavier-Pizarro et al., 2012) et des conflits politiques (Bernardes et al....

    [...]


Journal ArticleDOI
Henri Acselrad1Institutions (1)
01 Jan 2010-
Abstract: Ate a Conferencia da ONU no Rio de Janeiro em 1992, era grande a desconfianca dos movimentos sociais tradicionais com relacao ao discurso ambiental. A partir de 2001, essa distância comecou a se reduzir, coincidindo com a criacao da Rede Brasileira de Justica Ambiental. O presente artigo descreve os passos da constituicao dessa Rede, procurando caracterizar o processo de reapropriacao local da experiencia internacional dos movimentos por justica ambiental, discutindo como se procurou superar a dissociacao corrente entre as questoes ambientais e as questoes sociais, ao mesmo tempo que se expandiu o sentido da nocao de "justica ambiental" originalmente concebido por movimentos sociais nos Estados Unidos.

150 citations


"Expansion du modèle agrobusiness da..." refers background in this paper

  • ...Comme l’avancent certaines études (Acselrad, 2010  ; Micoud, 2001), l’organisation des protestations autour des effets écologiques produit des collectifs sociaux éphémères et, comme nous tenterons de le montrer, peut conduire à occulter des problèmes fondamentaux telles la concentration productive…...

    [...]

  • ...Mais cette écologisation a été aussi le talon d’Achille de la « nébuleuse associative » (Acselrad, 2010 ; Micoud, 2001) constituée à Bermejo....

    [...]

  • ...Comme l’avancent certaines études (Acselrad, 2010 ; Micoud, 2001), l’organisation des protestations autour des effets écologiques produit des collectifs sociaux éphémères et, comme nous tenterons de le montrer, peut conduire à occulter des problèmes fondamentaux telles la concentration productive et la cooptation des ressources politiques....

    [...]

  • ...Mais cette écologisation a été aussi le talon d’Achille de la « nébuleuse associative » (Acselrad, 2010  ; Micoud, 2001) constituée à Bermejo....

    [...]


Journal ArticleDOI
Amalia Leguizamón1Institutions (1)
01 May 2014-Geoforum
Abstract: This paper examines Argentina’s agro-export strategy for socioeconomic development based on the adoption and expansion of genetically modified (GM) soy. The modelo sojero a model based on large scale mechanized production of GM soy, is widely praised at home and abroad and used as an example of “success” for other poor countries on the brink of adopting GM biotechnologies for socio-economic development. In this work I interrogate and contextualize this dominant representation of the success associated with Argentina’s soy boom. Indeed, in terms of economic growth Argentina’s transition to GM soy has been a success. However the GM-induced soybean boom is illusory when other factors are taken into consideration, most importantly its impact on socioenvironmental dynamics. Thus, I argue that there is a fundamental conflict between the narrative of “success” of the Argentinean GM soy boom and socio-ecological sustainability. After an introduction, section two looks at the historical context of GM soy adoption in Argentina and shows the trend of expansion of production since the adoption of the new GM biotechnology. Section three explores the socio-environmental impact of the GM soy-based agrarian transformation in Argentina. Section four looks at the current context of the Argentinean soybean boom. Thus, it focuses on Argentina’s current domestic political economy, particularly the Kirchners’ National-Popular model. I argue that the GM soy-based agro-export model as currently configured in Argentina is a socially and ecologically unsustainable model of national development.

122 citations


"Expansion du modèle agrobusiness da..." refers background in this paper

  • ...…été évaluées très positivement par certains analystes (Bisang et al. 2009; Vilella et al. 2010), les effets sociaux et environnementaux suscitent d’importants débats scientifiques (Pengue 2005; Gavier-Pizarro et al., 2012) et des conflits politiques (Bernardes et al., 2017 ; Leguizamón, 2014)....

    [...]


Journal ArticleDOI
Florencia Arancibia1Institutions (1)
Abstract: This paper analyzes the local bottom-up dynamics of challenging the growth of a bioeconomy in Argentina. In the last decade, growing controversies and conflict have arisen in the region regarding the adoption of genetically modified crops and the growing use of glyphosate-based herbicides. Even if the industry and the World Health Organization claim that glyphosate is a product of low-toxicity, an increasing body of scientific research shows severe health problems for villagers and farmers. In Argentina, many peasants, neighbors, environmental activists, as well as rural physicians, scientists, agronomic engineers and lawyers have asked for a ban or strict limits on the use of glyphosate-based herbicides. Using a case study, I focus on collective action between 1996 and 2011 aimed at changing “science-based regulations” for the commercialization and use of agrochemicals. I demonstrate that by implementing diverse and innovative collective strategies as well as promoting the creation of new scientific data, affected populations can achieve some degree of influence on decisions regarding risk. Even if social and scientific disagreements over regulatory frameworks for biotechnology in Latin America have been acknowledged in the literature, regulatory science has rarely been thought of as a field of social struggle where social movements can participate and promote change. This is an important contribution to the emerging field of studies focused on political collective action and social movements within science and technology [25] .

66 citations


"Expansion du modèle agrobusiness da..." refers background in this paper

  • ...En effet, les activistes doivent choisir entre la promotion d’un débat large et ouvert avec la société, ce qui implique de renoncer au langage ésotérique et à la rigueur scientifique, ou la collaboration avec les scientifiques et des experts ce qui permet d’apporter des preuves juridiquement valables (Arancibia, 2013)....

    [...]

  • ...En Argentine, même si la collaboration entre mouvements sociaux et associations de scientifiques a permis la création de données qui rendent compte des effets nocifs des fumigations, elle n’a pour le moment pas réussi à avoir un impact sur le cadre normatif qui régule l’usage des biocides (Arancibia, 2013)....

    [...]

  • ...…même si la collaboration entre mouvements sociaux et associations de scientifiques a permis la création de données qui rendent compte des effets nocifs des fumigations, elle n’a pour le moment pas réussi à avoir un impact sur le cadre normatif qui régule l’usage des biocides (Arancibia, 2013)....

    [...]

  • ...…doivent choisir entre la promotion d’un débat large et ouvert avec la société, ce qui implique de renoncer au langage ésotérique et à la rigueur scientifique, ou la collaboration avec les scientifiques et des experts ce qui permet d’apporter des preuves juridiquement valables (Arancibia, 2013)....

    [...]